magali jourdan

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi, septembre 27 2012

Tschüss!


Je n'alimenterai plus ce blog qui souffrait déjà depuis quelques temps de sous-nutrition.
Les archives restent cependant en ligne et le lien "Contact" continuera de fonctionner.
Merci à celles et ceux qui, au cours des six dernières années, m'ont rendu visite.
A bientôt, dans le monde dit physique.
Magali

mercredi, septembre 26 2012

Quentin Sirjacq

mardi, août 28 2012

Je n'aurais su mieux dire

samedi, août 25 2012

Tscheburaschka



Un petit clin d'œil à Magda qui, sous les traits du Christ restauré dont je parlais dans mon dernier billet, a reconnu Tscheburaschka, un personnage incontournable de son enfance.

mercredi, août 22 2012

Restauration (ou rature) artistique



Lire l'article "En Espagne, la restauration d'une peinture du Christ fait hurler", sur le site du
Si cette restauration en a fait hurler certains, moi elle m'a fait hurler de rire.

mercredi, juillet 18 2012

Gustav Klimt (1862-1918)

mardi, juin 26 2012

FC Tchernobyl

samedi, juin 23 2012

Micatone (feat. Stuart A. Staples)

Leur nouvel album sorti il y a quelques mois :

http://magalijourdan.com/blog/public/.sk235lp_photo_1_m.jpg

merci à m&m

- page 1 de 28

ecrivailleries

website

www.magalijourdan.com

Yehonatan Yamana (texte orphelin)

Yehonatan Yamana, fugue

Un être de silence parmi tant d’autres, court à travers les continents à la poursuite d’un être qui l’accompagne en permanence.

extrait :

rosée blanche (texte orphelin)

rosée blanche, écrivaillerie

Trois monologues et un dialogue, où se tissent la catastrophe de Tchernobyl et la mort intime du père.

Texte soutenu par l'association Beaumarchais-SACD



photo : Pierre-Henri Chauveau

quelques extraits en ligne
cliquez ici



PRESSE : cliquez ici :

LECTURES PUBLIQUES :
Le 6 Novembre 2008 à la Maison des Auteurs - SACD (Paris 9°)

Le 15 Janvier 2009 au Ring (Avignon)

Elle e(s)t l'Autre (texte orphelin)

Elle e(s)t l'Autre, Variations sur.

Une partition où être social et être intime se rencontrent, avec douceur ou brutalité, dans la quête de l'Autre.


quelques extraits en ligne
cliquez ici :


dessin aline - elle e(s)t l'autre
dessin d'aline carpentier

Qui a peur d'Elfriede Jelinek ? (biographie, 2006)



Qui a peur d'Elfriede Jelinek ? de Magali Jourdan et Mathilde Sobottke, 125 p.
ISBN : 2351231066
10.5 €


PRESSE : "très remarquable et documenté" (Pierre Marcelle, Libération, 11 mai 2006)
article :

Drames de princesses - La Jeune Fille et la Mort I-V (Elfriede Jelinek) / traduction, 2006



Drames de princesses - La Jeune FIlle et la Mort d'Elfriede Jelinek
Traduit de l’allemand par Magali Jourdan et Mathilde Sobottke, 144 p.
ISBN 2-85181-630-6
13 €

Jelinek épluche ici des « archétypes ». Blanche-Neige, à la recherche de la vérité, est finalement tuée par le Chasseur. La Belle au Bois Dormant est réveillée de son sommeil par le Prince qui, à défaut de la délivrer, ne lui offre qu’une existence soumise à ce « créateur » qu’il prétend être. Rosamunde doit reconnaître que le statut de la femme est incompatible avec l’écriture et que toute activité créatrice féminine est vouée à la mort. Jackie (Kennedy), assiégée par la mort de ses proches et prisonnière des images que les médias créent d’elle, ne peut désormais vivre qu’une existence illusoire. Ingeborg (Bachmann) et Sylvia (Plath) désespèrent de leur incapacité à faire bouger quoi que ce soit et se voient enfermées dans l’espace clos qui leur est destiné.

Les princesses d’Elfriede Jelinek sont un pendant moderne et parodique aux rois shakespeariens, elles sont des mythes en déconstruction. Ce sont des anti-princesses, qui ne s’insurgent nullement contre le drame de leur vie et consentent au destin qui leur est imposé. L’humour de Jelinek se révèle non seulement dans la manière grotesque dont ces princesses énoncent les discours masculins, mais également à travers les distorsions d’expressions toutes faites, le détournement de citations, les calembours et autres jeux langagiers.